Liberté d’expression dans la grande muette ?? La Cour Européenne des droits de l’Homme a mis, jeudi dernier, la France et plus particulièrement le Ministère de la Défense au garde à vous ! Effectivement les juges de la CEDH ont condamné l’interdiction faite aux militaires de se syndiquer. Même s’il est difficile d’imaginer des cohortes de militaires venir se syndiquer dès demain dans nos centrales syndicales, il est plus facile d’envisager dans un premier temps une évolution des règles de dialogue social pour les collègues militaires. L’affaire ne date pas d’hier, souvenons‐nous : dans les années 70, la question de la syndicalisation des militaires avait été posée par de jeunes « appelés » qui voulaient instaurer des comités de soldats. Plus récemment les associations de Gendarmes avaient soulevé des problématiques diverses et variées, mais condamnées par la Grande Muette qui souhaite le rester ! A titre palliatif, le Conseil Supérieur de la fonction militaire (CSFM) a été institué, genre d’espace de concertation sociale, où chaque représentant tiré au sort parmi les militaires de chaque grade pouvait exposer toute question relative à sa condition de militaire. Mais ne nous y trompons pas chacun arrivait dans cette instance avec ses idées, mais en repartait avec les idées du chef. Aujourd’hui, le gouvernement ne peut pas exhorter le dialogue social pour la population civile du Mindef, et ignorer la population militaire de ce ministère, sachant que les personnels militaires sont aussi exposés « à dure épreuve » et qu’ils ont aussi des conditions de travail et de vie aussi déplorables, dans certains cas, que les personnels civils ! Alors nous, à la CFDT , nous souhaitons réfléchir à la manière de faire évoluer le dialogue social dans les armées, en tenant compte de la spécificité de l’Armée Française. Imaginons, dans un premier temps, que les syndicats et les instances militaires, puissent dialoguer et échanger ensemble sur tous les sujets qui sont propres à notre ministère, nous pourrons ainsi oublier les maladresses et la défiance que chacun a envers chacun. Cassons cette image qu’ont les militaires vis à vis des organisations syndicales, nous ne sommes pas des loups dans une bergerie, mais bien des femmes et des hommes qui défendons les droits et la dignité dans le travail de tous les personnels. Le temps de la liberté d’expression et de la revendication doit être enfin manifeste pour tous au ministère de la Défense Gildas PERON
Accueil Bureau Composition Statuts Album photos Adhésion Liens officiels utiles AGORA Espace jeunes Effervescence 2012 Pradet 2013 Nous contacterAVEC NOUS, DONNEZ DE LA VOIX A VOTRE VOIX.
Syndicat de L orraine et H aute- M arne
Dernière mise à jour : le 13/11/2017
Un problème, une remarque : Contacter le webmaster
Créé avec Web Acappella