Nouvelle liste de fermetures programmées… La date est tombée. La Décision du Ministre (DM 2015) annoncera les établissements fermés ou restructurés le 15 octobre 2014, après avoir été reportée à plusieurs reprises depuis juillet dernier. L’équation semblait particulièrement difficile, avec les arbitrages à rendre au niveau du ministère de la défense devant les copies présentées par chaque chef d’État-Major mais également du côté de Matignon qui a son mot à dire. La réduction de la dette publique, les plans d’économie, le gel des salaires et traitements, ne concernent pas que la Défense même si, elle y contribue fortement et même trop à notre goût. Parce qu’à côté de la carte militaire, il y a celles de la justice et des hôpitaux par exemple ; le 1er ministre a pu demander au ministre de la défense de revoir sa copie. Car on ne ferme pas une caserne sur un territoire, si un autre établissement public dépendant d’un autre ministère est déjà prévu pour un même destin. Ajoutez à tout cela la pression, pour ne pas dire le lobbying, de chaque député qui a défendu les établissements de « sa circonscription » pour raison d’emplois et d’activité économique et vous obtiendrez au final un cocktail qui pourrait bien friser l’incohérence opérationnelle… Que va-t-il sortir du chapeau ? Rien de bon pour les personnels, qu’ils soient civils ou militaires. Rien de bon pour la mission défense. Quand on bâtit l’avenir sur la disette budgétaire, les contraintes techniques voire technocratiques, en tournant et retournant encore la mayonnaise, à coup de réorganisations, on arrive à une situation, qui bat en brèche l’optimisme pragmatique dont font encore preuve certains responsables. Le PLF 2015 semble, sur le papier au moins, respecter les commandes et livraisons des matériels militaires. Mais pour y parvenir, le ministre nous annonce qu’il va créer un genre de « qui loue tout » de la défense, par le biais d’une société financée par l’Etat et le secteur privé… Il paraît que cela existe ailleurs et que cela fonctionne bien pour pallier les problèmes (glissants) des recettes exceptionnelles, qui ne sont jamais au rendez-vous qu’on leur donne. Cette naïve certitude ne peut que nous rappeler les promoteurs inlassables des externalisations, des partenariats public-privé, bref, de tout ce qui a été tenté ces dernières années avec un amateurisme prononcé. Le résultat, on le connaît. Gâchis, perte de compétences voire de souveraineté et le pire c’est que cela n’a rien économisé. Attendez un peu, quand nos enfants recevront la « douloureuse » dans 30 ans, avec le projet Balard… Il est vrai que ceux qui ont lancé ça, ne seront plus là. Dommage ! Luc SCAPPINI
Accueil Bureau Composition Statuts Album photos Adhésion Liens officiels utiles AGORA Espace jeunes Effervescence 2012 Pradet 2013 Nous contacterAVEC NOUS, DONNEZ DE LA VOIX A VOTRE VOIX.
Dernière mise à jour : le 09/01/2017
Syndicat de L orraine et H aute- M arne
Un problème, une remarque : Contacter le webmaster
Créé avec Web Acappella