Livre blanc sur la défense : Ecran de fumée ? Le 13 juillet dernier, le président de la République a décidé d’engager la rédaction d’un nouveau livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. Il est vrai que cet exercice devenait urgent, le précédent livre blanc n’avait pas anticipé les changements majeurs intervenus depuis 2008 avec le développement du phénomène de piraterie et des conflits asymétriques, le Printemps Arabe et surtout le déplacement des enjeux géostratégiques. Dans ce contexte, l’Europe de la Défense pourrait se faire « dos au mur » face au rééquilibrage de la stratégie américaine vers la zone Asie-pacifique. Le ministre de la défense s’emploie ainsi à tenter d’accélérer le processus de coopération entre les Etats membres de l’Union Européenne. Du côté des industriels, l’impatience n’est pas nouvelle. Ainsi l’annonce d’un rapprochement entre EADS et BAé Systems, semble avoir pris de court les gouvernements concernés. Coup de bluff ? Pendant ce temps, toute décision nationale qui concerne la défense, semble suspendue aux conclusions du futur livre blanc. Ce serait oublier la conjoncture économique et ses effets de crise, qui met en priorité la réduction de la dette publique. Pour preuve, la lettre de cadrage budgétaire envoyée aux ministères dès la rentrée. Si le livre blanc doit redéfinir le contexte international, les menaces, les enjeux et donc le format de nos armées et leur équipement, il est à craindre que le budget consacré soit plutôt inspiré par la rigueur. La CFDT est favorable au rééquilibrage des comptes publics mais pas à n’importe quel prix. On peut afficher des plans de rigueur, lancer des réformes, avec au bout du compte une inflation des dépenses. Le bilan à mi-parcours de la LPM 2009-2014 l’a démontré. 30 000 emplois civils et militaires ont été supprimés mais le budget a « enflé » de près d’un milliard d’euros… La CFDT souhaite la mutualisation des dépenses militaires au sein d’une Europe qui aurait enfin défini sa politique extérieure commune, lancerait des programmes structurants pour la navale, les équipements terrestres, les flottes aériennes, etc. Mais nous n’en sommes pas encore là… Alors en attendant, attention ! Le pire serait de partager la disette. Il y aurait à la clé, une multiplication des plans sociaux dans toute l’Union Européenne. Et donc une aggravation de la dette publique. Luc SCAPPINI
Accueil Bureau Composition Statuts Album photos Adhésion Liens officiels utiles AGORA Espace jeunes Effervescence 2012 Pradet 2013 Nous contacterAVEC NOUS, DONNEZ DE LA VOIX A VOTRE VOIX.
Dernière mise à jour : le 09/01/2017
Syndicat de L orraine et H aute- M arne
Un problème, une remarque : Contacter le webmaster
Créé avec Web Acappella