Patrons « pigeons » ?... Mais qui sont les vrais pigeons ? Il y a les patrons-patrons, les bons patrons, les mauvais patrons, les patrons voyous et maintenant nous avons les patrons qui volent : une nouvelle race est née « les patrons pigeons ». Leur domaine de prédilection : la toile, le web, les réseaux sociaux ! On a tout entendu à leur sujet, les médias ont même parlé de « force syndicale », excusez-moi du peu ! Moi je parlerais plutôt de « club lobbyiste patronal», un club très fermé qui préfère souvent voler vers certains firmaments…les paradis fiscaux. La crise continue et le chômage ne cesse d’augmenter, la situation économique et sociale de beaucoup de salariés reste difficile et ces patrons de start-up veulent nous faire pleurer. A l’origine des gémissements, le projet du gouvernement était de taxer les plus values lors de la vente de l’entreprise, ce qui revient à taxer tout simplement les patrons qui spéculent sur la vente de leur société. Une mesure qui est pourtant équitable et qui présente notamment le principe d’une taxation égale du travail et du capital. Certes cette taxation va effectivement alourdir l'imposition d'une partie des entrepreneurs, mais de là à crier à la mort des entreprises il n’y a qu’un pas que ces drôles d’oiseaux ont su franchir. Le gouvernement avait décidé de répartir les efforts nécessaires sur l’ensemble des forces vives du pays afin de combler la dette colossale qui impacte notre pays, c'est-à-dire que tous les Français vont payer la note y compris les entreprises, donc les revenus du capital, donc aussi sur les revenus des patrons. Au moment où tout le monde doit se serrer la ceinture, le buzz a fait reculer le gouvernement. Devant cette envolée de pigeons le ministre du Budget a justifié le recul du gouvernement sur la taxation des plus-values. Dommage, faudra-t-il que demain les organisations syndicales de salariés fassent le « buzz » sur les réseaux sociaux pour voir leurs revendications aboutir ? Personnellement je ne le pense pas, ce n’est pas en buzzant que l’on pourra faire reculer l’emploi précaire, ce n’est pas en buzzant qu’on pourra améliorer les droits des salariés et ce n’est pas en buzzant que l’on pourra obtenir un emploi de qualité pour tous ! Il ne faut pas nous prendre pour des jeunes perdreaux ! Mais au fait dans l’histoire …qui sont les vrais pigeons ? Gildas PERON
Accueil Bureau Composition Statuts Album photos Adhésion Liens officiels utiles AGORA Espace jeunes Effervescence 2012 Pradet 2013 Nous contacterAVEC NOUS, DONNEZ DE LA VOIX A VOTRE VOIX.
Syndicat de L orraine et H aute- M arne
Dernière mise à jour : le 13/11/2017
Un problème, une remarque : Contacter le webmaster
Créé avec Web Acappella