Externalisations : Machine arrière toute ! Après 5 mois d’enquête, devant le nombre et la gravité des dysfonctionnements causés par le logiciel LOUVOIS, le chef du contrôle des Armées vient de préconiser au ministre d’agir pour sécuriser le dispositif gérant les soldes des militaires. En gros, laisser tomber LOUVOIS ! Ce ne sera pas sans conséquences pour les personnels civils concernés qui vont devoir réparer les pots cassés. Cet épisode long et douloureux démontre que l’externalisation d’une activité ne se juge pas sur le seul critère d’économies théoriques et peut dans les faits se révéler dramatique. Le fiasco du logiciel LOUVOIS met au grand jour, les limites et les dérives de la démarche d’externalisation des activités de soutien défense, dictée par les auditeurs RGPP en 2008. Une autre affaire moins médiatisée, concerne le parc automobile de la gamme commerciale. Après une amère et coûteuse expérience d’externalisation, le ministère va finalement « réinternaliser » le parc, en rachetant près de 18 000 véhicules… Le projet Balard quant à lui, engage le ministère pour 30 années de traites… Sans parler des épisodes judiciaires. Combien coûteront ces gâchis à la Défense, aux personnels et par voie de conséquence, aux contribuables ? Il est temps que le ministre remette de l’ordre dans ces tentatives de bradage, à coups d’externalisation et de Partenariat Public Privé (PPP), qui ont un coût gigantesque et engage l’avenir du ministère de la défense. Un autre projet de « PPP » entre le ministère de la Défense et le groupe CMA-CGM a heureusement été abandonné. L'armateur marseillais devait mettre à disposition des armées, cinq navires rouliers (à construire en Corée du sud) afin de transporter matériels militaires et soldats vers les théâtres d'opérations. Le ministère aurait dû s'acquitter chaque année (sur 25 ans) d'une somme de plus de 33 millions d'euros... Du délire ! D’autres projets sont en cours, et pas forcément connus des organisations syndicales. Pour la CFDT c’est sûr. La solution est et doit rester en interne. Si des pistes d’économie ont été choisies depuis, comme la régie rationalisée pour le secteur Restauration Hébergement Loisirs ou pour la DIRISI, ne jouons plus aux apprentis sorciers. Ne confions plus les clés de la maison à des grandes entreprises de conseils, qui proposent des solutions davantage inspirées par le profit d’autres secteurs avec l’externalisation, que par le souci d’économie des deniers publics. Luc SCAPPINI
Accueil Bureau Composition Statuts Album photos Adhésion Liens officiels utiles AGORA Espace jeunes Effervescence 2012 Pradet 2013 Nous contacterAVEC NOUS, DONNEZ DE LA VOIX A VOTRE VOIX.
Syndicat de L orraine et H aute- M arne
Dernière mise à jour : le 13/11/2017
Un problème, une remarque : Contacter le webmaster
Créé avec Web Acappella