Lancement de l’AMI Hydrolienne ! Les enjeux liés à l’énergie d’une part et le réchauffement climatique d’autre part, poussent au développement de nouvelles technologies pour lesquelles la France accuse déjà un retard. La CFDT s’implique depuis de nombreuses années notamment depuis le Grenelle de la Mer, pour ne citer qu’un évènement récent et bien sûr le débat national sur la transition énergétique. Parmi les solutions d’avenir, les énergies marines renouvelables représentent un intérêt certain en matière de développement durable mais également un gisement pour les emplois du futur. Grâce à son littoral, la France dispose d’une zone maritime de 11 millions de km2, dont elle contrôle l’exploitation et au sein de laquelle la production d’électricité pourrait se développer. Plusieurs des pistes explorées représentent des ruptures technologiques, pour lesquelles la France est en position d’affirmer une ambition industrielle. La maturité des différentes technologies est très variable. L’énergie marémotrice, houlomotrice et des courants sont les plus avancées, avec des installations marémotrices commerciales dans le monde, des sites pilotes pour les énergies hydroliennes et houlomotrices. Mais pour afficher cette ambition, les industriels concernés attendaient un signal politique fort et un engagement financier de l’Etat. Le président de la République François Hollande a participé lundi dernier à Cherbourg, à une table ronde consacrée aux énergies marines renouvelables. Les industriels et énergéticiens (DCNS, GDF Suez, Voith Hydro, Iberdrola, Siemens, Alstom, RTE) mais aussi les élus locaux étaient présents. L'Appel à Manifestation d'Intérêt (AMI) concernant l'implantation de 3 à 4 fermes pilotes d'hydroliennes dans le Raz Blanchard (50) et le passage du Fromveur (29) a été inscrit au journal officiel du mardi 1er octobre. Chaque ferme comprendra de 5 à 10 hydroliennes, et sera subventionnée par l'Etat à hauteur de 30 millions d'euros. "La transition énergétique, c'est la diversification des sources d'énergies" a estimé François Hollande, en référence à l'EPR de Flamanville, toujours en construction. Le président de la République a invité la région Basse-Normandie, à se préparer à ce "défi considérable" : "Nous avons l'obligation d'aller vite, de former les jeunes et les demandeurs d'emplois et de préparer l'ensemble du bassin d'emploi à faire venir des sous-traitants et accueillir des entreprises". La CFDT dit chiche, mais l’investissement des industriels en matière de R&D, de recrutements et de formation devra suivre. C’est ce que la CFDT a toujours demandé et continuera de le faire auprès des entreprises concernées. Luc SCAPPINI
Accueil Bureau Composition Statuts Album photos Adhésion Liens officiels utiles AGORA Espace jeunes Effervescence 2012 Pradet 2013 Nous contacterAVEC NOUS, DONNEZ DE LA VOIX A VOTRE VOIX.
Dernière mise à jour : le 09/01/2017
Syndicat de L orraine et H aute- M arne
Un problème, une remarque : Contacter le webmaster
Créé avec Web Acappella